Accueil >Les Projets >Ferme du Fond du Buisson

Ferme du Fond du Buisson

Province: Namur
Région : Fagne-Famenne
Sophie Fondu & Norbert Buysse :

5580 Buissonville (Rochefort)
fermedufondubuisson [at] lavache.com


Objectifs d’acquisition

  • Hectares à acquérir : 13,50 ha
  • Objectif en argent (total) : 458.800 €
  • Terre-en-vue acquiert 13,5 hectares à Buissonville, tous frais compris, pour permettre l’installation de la Ferme du Fond du Buisson.

État d'avancement

  • Prendre des parts
  • 0 coopérateurs
  • 100%
  • 0% atteints (0 €)
  • 100% restants à trouver (458.800 €)



Ferme du Fond du Buisson - présentation

portfolio

Elle est plutôt chèvres, lui plutôt brebis. Tous deux sont passionnés d’élevage et de fromage. C’est donc tout naturellement que Sophie et Norbert s’associent pour installer leurs deux troupeaux sous un même projet : la Ferme du Fond du Buisson est née !

Fond du Buisson ? Alors, c’est une histoire rigolote ! Rassemblez dans une marmite : Sophie Fondu(e au fromage), Norbert Buysse (prononcé Buisse par ses amis français) et Buissonville - et bingo !

Chacun.e son métier...

Sophie est chevrière, et travaille actuellement comme ouvrière agricole dans une chèvrerie bio du sud du pays. Cela lui a permis de se faire la main dans tous les aspects du métier : soin du troupeau, fourrages, traite, transformation du fromage et vente directe. Elle tient énormément au troupeau avec lequel elle travaille aujourd’hui. Si bien que parmi les chevrettes nées au printemps 2023, plusieurs sont déjà réservées pour le futur troupeau de Sophie. Elle emportera un peu de la magie de ce troupeau avec elle à Buissonville dès 2024 - qui devrait être l’année officielle de son installation.

Norbert gère depuis quelques années un petit troupeau de brebis laitières, qui est hébergé pour le moment chez un fermier voisin contre des coups de main par-ci par-là. Plutôt tourné brasserie jusqu’à présent, il aspire à un nouveau métier et s’attelle à sécuriser un accès à suffisamment de terres que pour imaginer une installation en tant que berger et fromager à temps plein. En 2022, les horizons se dégagent et il prend le pari de se concentrer à temps plein sur son troupeau dès 2023. C’est donc une "année zéro" : démarrage de la traite sans pression, agrandissement du troupeau, préparation du chantier de la bergerie. En 2024, le choses sérieuses démarreront !

...et l’entraide comme pilier !

Sophie et Norbert sont tous deux sensibles aux difficultés du métier et de la solitude qui caractérise souvent le métier d’éleveur.euse. C’est pourquoi leur association et l’ouverture du projet compte énormément pour eux. Ils pourront envisager de prendre des congés à tour de rôle. Ils souhaitent également construire un projet ouvert à toutes et tous : moments conviviaux, vente directe au consommateur, chantiers collectifs...

L’opportunité qui lance l’aventure

En 2022, une occasion assez unique se présente à eux : la vente d’une prairie de 13,5 hectares d’un seul tenant - formant un "U" autour d’un bosquet - dans le village de Buissonville - village où est installé Norbert. Impossible, par contre, pour deux jeunes éleveurs de rassembler les fonds pour une pareille acquisition. Surtout compte tenu de tous les autres investissements qui les attendent en phase d’installation (cheptel, étable, salle de traite, fromagerie, ...).

C’est donc à Terre-en-vue que Sophie et Norbert font appel. Cette parcelle sera leur "camp de base", puisqu’ils sont assurés d’y avoir accès sur la durée de leur carrière. Ils y construiront, dès 2024, leur étable, salle de traite et fromagerie. Mais ces 13,5 hectares ne suffiront pas à la conduite de deux troupeaux en autonomie fourragère (objectif à terme). C’est pourquoi ils s’activent pour accéder à d’autres parcelles dans les environs - parfois en bail à ferme, parfois pas.

Objectif terre !

L’acte d’achat pour le terrain est prévu pour juin 2023. La parcelle hébergera jusqu’à la fin de la saison le troupeau de vaches qui y paît actuellement. Puis, elle sera investie par Sophie et Norbert (ou plutôt, leurs chèvres et brebis !).

Montant total à rassembler pour financer l’acquisition : 458.800€. Un appel à coopérateurs est donc lancé ! Il est désormais possible de prendre des parts dédiées à la Ferme du Fond du Buisson - à partir de 100€.