27
avril

La ferme Renaud adapte sa course à l’heure du confinement

par david dupuis
à 17h05min

Le top départ a été donné mi-mars : avec le confinement, les ventes au magasin de la ferme sont parties comme des flèches. Comme beaucoup d’entre nous, les Renaud n’étaient pas nécessairement dans les starting block, préparés à une telle affluence au magasin. De nombreuses nouvelles têtes ont fait leur apparition sur la piste ; de nombreux challengers du voisinage qui décident de s’approvisionner localement plutôt que de faire la queue dans les grandes surfaces bondées où ils iraient décrocher, au risque de contracter le vilain virus, le Saint Gouda hollandais sans goût fabriqué en Pologne et les fameuses pâtes italiennes confectionnées à partir de blé dur d’Allemagne de l’Est transformé en Tchéquie…

Après un départ difficile, l’équipe Renaud se met en ordre de bataille et récupère le peloton. Pour y parvenir tout en respectant les mesures d’hygiène sanitaire préconisées, un ré-organisation complète du système de commande et de retrait des colis au magasin s’impose : système de commande par internet, simplification des commandes sous forme de packs afin d’alléger le temps passé à la confection des colis, individualisation des heures de retrait des colis pour éviter les queues au magasin, payements uniquement par virement bancaire ou par carte (avec lecteur plastifié-désinfecté), port du masque…

Après le coup de feu du départ donné sans sommation, le sprint du démarrage pour s’adapter à la pression d’une demande croissante, les Renaud sont maintenant bien placés à la corde en vitesse de fond. Hé oui, car il s’agit malgré tout de courir : entre la saison qui démarre sur les chapeaux de roues (mais où est resté le printemps ?), la clientèle qui se presse aux portes du magasin, les mesures d’hygiène qui apportent une surcharge de travail…

Reste à garder la forme et le cap car dans cette course avec le monde qui tourne carré, il n’y a pas vraiment de ligne d’arrivée. Si la pandémie a été un déclic vers un certain intérêt des gens pour la nourriture produite localement, l’incertitude demeure sur les véritables motivations et sur la stabilité de cette demande en post-confinement. La grande distribution aligne comme toujours une équipe ultra-entraînée pour récupérer efficacement les peurs des gens ...et les marges des petits producteurs. Prudents, les Renaud tentent d’anticiper au mieux une éventuelle épidémie du retour à la normale qui re-plongerait les consciences éveillées dans les limbes des superlatifs de la consommation de masse.

Dans tous les cas, votre soutien, stable et confiant, reste infiniment précieux et nous vous en remercions encore !