25
jui

C’est à Sampont, dans la commune d’Arlon, que Sébastien Noël élève une quarantaine de bovins de race « Aubrac ». Il vise à terme un troupeau d’une septantaine de bêtes, avec 25 vêlages par an, afin d’assurer la viabilité de son projet, mais aussi de conserver une taille humaine à sa ferme.

Une première tentative d’installation dans la commune d’Attert – où il a repris la fermette des grands-parents de son épouse, qu’il a complètement retapée en auto-construction – a échoué, non de son propre fait mais bien à cause de la concurrence luxembourgeoise qui lui enlève tout espoir d’acquisition ou de location de terres supplémentaires dont il a besoin. Ne pouvant mener son projet de ferme sans terres à proximité, le couple décide de revendre la ferme pour aller s’installer, en 2016, sur des terres familiales, à Sampont, village à 8km à l’ouest d’Arlon, où Sébastien s’attèle d’abord à construire une toute nouvelle exploitation.

Mais rien n’est acquis pour autant : 2/3 des 30 ha qu’il utilise aujourd’hui sont en location (en zone d’habitat sans bail à ferme). La pérennité de sa ferme n’est donc pas assurée.

C’est pour cela que l’acquisition de terres par Terre-en vue dans la zone plus accessible de Sampont est nécessaire, pour permettre ainsi à Sébastien de développer son activité avec plus de sérénité et de certitude sur son accès à la terre.

La réussite de ce projet est notamment liée à deux éléments clés : l’autonomie fourragère et la commercialisation des produits en circuit-court via la vente directe de colis de viande. Cette autosuffisance en fourrage ne peut être atteinte que s’il existe un équilibre entre les besoins liés aux bovins et la production permise par la terre.
Actuellement cet équilibre existe via la récolte de foin, de céréales et d’associations céréales-légumineuses, mais la viabilité économique de la ferme n’est pas encore atteinte.

La ferme certifiée bio de Sébastien s’inscrit par conviction dans une perspective agroécologique ; le choix de la race Aubrac pour sa rusticité et ses qualités maternelles en est un exemple, tout comme l’attention portée au respect de l’environnement et de la biodiversité. Bien que l’implantation soit récente, la plantation de 300 m de haie et d’arbres fruitiers autour de la ferme va permettre dans quelques années d’intégrer le bâti au paysage.

Situé à quelques kilomètres de la ferme maraîchère Bio Lorraine de Jean-François Depienne, un des 3 projets de Terre-en vue déjà réalisés en Province de Luxembourg, le projet « Ferme du Muselbur » bénéficie du soutien actif de membres du groupe local de Bio Lorraine et de la locale Aubépine de Nature et Progrès.

Vous aussi, vous pouvez soutenir Sébastien dans son installation en prenant des parts dédiées à la ferme via Terre-en-vue !