28 mars

Terres publiques : quand les autorités locales soutiennent les agriculteurs et l’agriculture nourricière


Diantre, que c’était bon de se rencontrer ce jeudi 23 mars à Bruxelles ! Sous la houlette de « Access to land », la fédération européenne des associations facilitant l’accès à la terre, un séminaire était organisé entre les membres du réseau et des autorités locales (bourgmestres, associations de communes, chercheurs de tous pays), tous actifs dans des projets publics en soutien avec l’agriculture locale et nourricière.

C’était l’occasion de se rendre compte combien nos préoccupations étaient proches : agriculteurs vieillissants, difficultés de renouvellement des générations, accaparement des terres, urbanisation galopante… et besoins de se nourrir localement.

A Mouans Sartoux (France), la commune fournit 1000 repas quotidiennement à tous les enfants des écoles avec la production agricole des terres communales ; ils sont par ailleurs les fers de lance d’une demande à l’Europe pour l’exception alimentaire.

En Italie, l’État met en place une « banque de terres » abandonnées pour tenter de les réaffecter à la production alimentaire. En Allemagne, des associations et syndicats agricoles font du lobby auprès des communes pour déclarer des terres en biens communs, au service des agriculteurs et de la production alimentaire. En Espagne, une association relie propriétaires forestiers et agriculteurs pour lutter contre les incendies. A Douai (France), Leuven et à Gand, les pouvoirs publics se mobilisent pour mettre à disposition des terres publiques aux agriculteurs… Comme le fait notre programme « Terres publiques » ; ainsi, Charleroi et Namur, pionnières dans ces enjeux ont également pu partager leurs pratiques.

La journée s’est cloturée par la présentation d’un guide de mobilisation des terres publiques à destination des élus (actuellement en anglais uniquement) et un débat avec 2 représentantes des DG Agri et Environnement.

Espérons que nos questionnements y soient relayés !

Au menu des prochaines semaines : reprendre contacts avec ces différents acteurs pour mieux bénéficier de leurs savoirs, organiser un groupe de travail belge « grandes villes qui se mobilisent » dans les meilleurs délais, envisager une version francophone du guide. Action !

Plus d’infos sur la mobilisation des terres publiques en Wallonie ? Contactez notre collègue Françoise Ansay, chargée de mission « Terres publiques » - francoise[at]terre-en-vue.be